AUTO ECOLE SOCIALISANTE
CENTRE DE FORMATION LINGUISTIQUE
COURS DE CODE
Le cours de code de la route
vign1_P1011248
Le cours de code de la route
vign1_P1011250
Le cours de code de la route
vign1_AES_ISLE_2010
Le cours de code
vign1_DSC04115
La sécurité routière
vign1_P1011200
Le cours de code de la route
vign1_P1011249
Le cours de code de la route
vign1_P1011251
REMISE DE PERMIS CAVAILLON
COURS DE CONDUITE
Véhicule Auto Ecole équipé de caméras embarquées
vign1_P1011476
Véhicule Auto Ecole équipé de caméras embarquées
vign1_P1011477
Le cours de conduite
vign1_P1011480
Le cours de conduite
vign1_P1011479
Le cours de conduite
vign1_P1011481
Le cours de conduite
vign1_P1011482
PRESSE
Vign_img030
Article du journal LA PROVENCE
 
Nom :
Prénom :
Email :
Message :
Veuillez recopier le texte
affiché dans l'image :

PRESENTATION
Vign_image_defaut_ori
AUTO ECOLE SOCIALISANTE A.I.L.E
« LE PERMIS DE CONDUIRE POUR LEVER LES FREINS A L’EMPLOI »

A.I.L.E, forte d'une expérience de douze années auprès des publics de bas niveau en difficulté d'insertion, a souhaité élargir son offre de formation et a ouvert en février 2009 une auto-école sociale pour le département de Vaucluse. Cette auto-école sociale s'adresse aux futurs conducteurs en parcours d'insertion bénéficiant d'aides publiques :
o public jeune,
o public adulte, bénéficiaire des minima sociaux ( APl, RSA)
o Public non lecteur et non scripteur en difficulté d’insertion
L'emploi est le principal frein à une intégration à notre société et le passage du permis de conduire est presque devenu une obligation. D'ailleurs lorsqu'on consulte les annonces de Pôle Emploi, force est de constater qu'être titulaire d'un permis B figure fréquemment au nombre des exigences des employeurs. Cette exigence peut s'expliquer par le fait que notre département présente un réseau de transport en commun peu adapté avec les horaires des secteurs d'emploi (usine, agriculture, nettoyage, distribution). L'obtention du permis de conduire est une nécessité et une priorité pour l'accès à l'emploi et à l'autonomie L'apprentissage de la conduite automobile peut contribuer à l'insertion socio professionnelle des jeunes et des bénéficiaires du RSA.

Du code de la route au permis de conduire.....
L'expérience de A.I.L.E l'a amenée à rencontrer un public ayant des difficultés d'apprentissage autonome et pour qui l'examen du permis de conduire se révèle impossible dans le circuit marchand classique_
A.I.L.E dans le cadre de son action de formation linguistique propose un atelier « code de la route» depuis 2005 et les bénéficiaires de cet atelier se rejoignent sur un certain nombre de points :
• un faible niveau de formation et de qualification voire une situation d'illettrisme,
• un déficit de confiance et d'estime de soi,
• le besoin d'être pris en compte et d'être écouté,
• des difficultés pour se déplacer,
• des difficultés pour se repérer dans l'espace et le temps,
• des difficultés à se projeter dans l'avenir.
L'atelier « code de la route» se compose de différents modules visant chacun l'acquisition de compétences différentes. Il s'agit d'objectifs opérationnels précis, objectifs établis à partir des connaissances à acquérir et à maîtriser pour réussir l'examen du code de la route:
• un module sur la manière d'apprendre,
• un module sur les phases d'apprentissage,
• un module de réflexion sur l'objet d'apprentissage (qu'est-ce que le code ?),
• des modules de compréhension et de mémorisation: ces modules s'adressent aux personnes en capacité de comprendre à l'oral et/ou de lire des énoncés en situation liés à des informations spécifiques et techniques. Chaque module est constitué de contenus à l'intérieur desquels la progression peut s'opérer quelque soit le niveau d'entrée de la personne,


• un module d'activités pratiques et concrètes destinées à prendre conscience de ce qu'est un véhicule et les éléments qui le composent: le réglage du volant, le réglage du rétroviseur, localiser les différentes pédales, ... (> le fait de s'asseoir au siège conducteur, de «bricoler» la voiture peut contribuer à donner du sens à l'apprentissage du code parce que les apprenants effectuent des opérations très concrètes qui contribuent à donner de la réalité au projet. L'apprentissage du code de la route peut être long pour ce public, ce genre d'activités est remobilisant pour les stagiaires)

• un module d'activités à partir de la vidéo (sur ordinateur) et des « diapositives» (avec le boîtier) : ces activités visent à développer le champ visuel, à chercher des repères, à anticiper, à travailler le vocabulaire, ...(> il est nécessaire de faire avec les stagiaires des fiches de récapitulation de tout ce que les stagiaire savent dans un domaine).

A.I.L.E a organisé une progression adaptée aux besoins spécifiques de ce public mais cet obstacle «surmonté », il faut passer le cap d'une inscription en auto-école classique, et l'apprentissage de la partie pratique est aussi long et onéreux pour ces publics en difficultés.
Une auto-école sociale permet de proposer un encadrement spécifique pour les personnes en difficultés d'apprentissage, à côté du professionnel de la conduite automobile et du code de la route, se trouve un professionnel en remédiation, en apprentissage et en savoirs de base qui laisse le temps aux stagiaires de s'approprier, de maîtriser des termes lexicaux et verbaux propres à l'examen du code de la route.

Du permis de conduire à l'insertion...

L'insertion, des jeunes et des bénéficiaires RSA, s'inscrit dans une dimension sociale et professionnelle, il existe une hiérarchie entre les deux notions, l'insertion sociale constituant la 1ère étape de tout parcours d'insertion. L'insertion sociale fait référence à toutes actions qui peuvent être mises en place pour permettre à une personne de reconstruire un lien avec les autres et avec la société. Ainsi définie il est possible de considérer l'insertion sociale comme un processus de construction ou de restauration du lien social. L'insertion professionnelle, quant à elle, désigne les démarches qu'une personne effectue pour préparer son entrée dans la vie active (jeunes) ou pour retrouver une place sur le marché du travail (bénéficiaires RSA). Ces démarches peuvent comprendre:

o l'inscription dans une formation qualifiante,
o la recherche active d'un emploi,
o l'accès à un emploi aidé


Les institutions sociales avec lesquelles nous travaillons classent l'aide au permis de conduire parmi les actions d'insertion professionnelle. Il s'agit en quelque sorte d'une ultime étape, visant à augmenter la mobilité et donc la possibilité des personnes de s'insérer durablement sur le marché du travail. L'obtention du permis de conduire est considérée comme l'aboutissement du processus d'insertion.
Ainsi l'aide au permis de conduire est généralement proposée ou accordée aux personnes proches de l'emploi, c'est-à-dire celles qui satisfont aux critères suivants: motivées, autonomes, actives dans la recherche d'emploi autour d'un projet précis. Les personnes qui sont éloignées de l'emploi, cumulent fréquemment plusieurs difficultés (que nous avons constatés lors de l'atelier « code de la route») : image de soi dévalorisée, manque de confiance en soi, faible niveau de formation, difficultés à se repérer dans l'espace et dans le temps, etc. Lorsque ces personnes viennent demander aux services sociaux de les aider à passer leur permis de conduire, on leur propose prioritairement des actions d'insertion sociale. Pourtant la demande de permis de conduire est porteuse d'une demande de reconnaissance sociale, ce qui positionne le permis comme un élément moteur très puissant pour les personnes qui font cette demande. Cette motivation est un élément sur lequel les travailleurs sociaux peuvent s'appuyer pour permettre aux personnes de s'inscrire dans une dynamique de projet, au sein de laquelle elles peuvent envisager leur vie future.

Les aspects cognitifs du permis de conduire...

Si l'on s'intéresse à l'apprentissage de la conduite automobile, on constate que celui-ci implique une planification dans le temps: de la préparation théorique à l'examen pratique, de nombreuses étapes doivent être franchies et la présence aux cours doit avoir été régulière. De plus, conduire est une activité qui met en jeu un individu au sein d'un espace qu'il doit partager avec les autres usagers. Il faut donc apprendre un nouveau" vivre ensemble" et ce dès le début de la formation puisque celle-ci se déroule en groupe pour sa plus grande partie.

La demande d'aide au permis de conduire doit nécessairement s'inscrire dans un projet professionnel, et la possession du permis doit être nécessaire à la réalisation de ce projet.

Pour nous, l'apprentissage de la conduite automobile réalisé en auto-école sociale, parce qu'il allie la formation à un accompagnement personnalisé, constitue un outil d'insertion à la fois sociale et professionnelle. Il permet d'une part de construire ou de restaurer du lien social, et d'autre part il favorise la (ré)inscription des personnes dans une dynamique de projet.

L'insertion par l'apprentissage de la conduite automobile apparaît bien comme une modalité présentant plusieurs intérêts:
la forte motivation des personnes leur permet de rester impliquées tout au long d'une formation qui peut durer plusieurs mois;
le fait d'être en groupe, mais aussi le contenu même de la formation au permis de conduite, semble être de nature à favoriser la création, la restauration ou le maintien du lien social;
la durée de cette formation et son organisation placent les personnes dans une situation semblable à celle de la mise en projet;
le permis de conduire est un atout concret pour l'insertion professionnelle, puisqu'il est fréquemment demandé par les employeurs;
Enfin peu d'actions d'insertion permettent d'obtenir une reconnaissance officielle par la société des compétences acquises, hormis dans le domaine des formations qualifiantes.
© 2011
Créer un site avec WebSelf